place dans le dojo

En entrant dans le dojo (lieu de pratique), nous pénétrons dans un univers différent, un endroit ou l’on étudie l’enseignement du fondateur. Nous sommes tour à tour attaquant et attaqué, travaillant à plusieurs dans un espace limité et cela plusieurs fois par semaine, certainement pendant plusieurs années. Le dojo est donc une micro-société qui possède ses propres règles, héritées du Japon traditionnel.

C’est grâce au respect de l’étiquette que nous pouvons pratiquer en toute sécurité et que nous pourrons progresser tous ensemble. Les règles régissant le fonctionnement d’un dojo sont nombreuses. Il vous sera demandé de les comprendre afin de pouvoir les respecter. Votre enseignant est là pour vous y aider.

Le dojo doit être pour chacun un univers de sincérité, de modestie, de respect et de camaraderie.

• Vous devez par respect pour vos partenaires faire preuve d’une bonne hygiène, en ayant un keikogi (« kimono ») propre et en bon état, en vous lavant au minimum les mains avant l’entraînement, en prenant une douche ou en vous lavant les pieds au besoin, en entretenant vos ongles propres et pas trop longs.

• Le port des bijoux et accessoires est à proscrire, il peut être dangereux.

• Afin de vous rendre des vestiaires au tapis, il est préférable d’utiliser des « zooris » que vous alignerez sur le bord du tatami pendant la pratique.

• Saluez en direction du portrait du fondateur en rentrant dans le dojo et en le quittant, faites de même en montant sur le tatami. Rangez correctement votre sac et vos chaussures afin qu’ils ne gênent pas, plutôt sous les bancs pour l’harmonie du dojo.

• Le dojo est nettoyé régulièrement par l’équipe des gardiens. Pourtant, chacun est responsable de la propreté, si vous êtes en avance et que vous remarquez un détail, n’hésitez pas à y remédier.

• Vous pouvez accéder au dojo et vous préparer physiquement et mentalement à la pratique dès que vous arrivez. Respectez le calme qui y règne, soyez silencieux. Dès que vous pressentez l’imminence du salut, installez vous en ligne en seiza. Si vous êtes le premier asseyez vous au centre pour que les autres aient un repère pour se placer. Conservez un espace suffisant entre vous et vos voisins. Au besoin, faites une deuxième ligne.

• L’entraînement commence et se termine par une cérémonie formelle, le salut. Il est essentiel d’arriver à l’heure afin de pouvoir y participer. Cependant, si vous arrivez en retard, vous devez attendre sur le bord du tapis jusqu’à ce que l’enseignant vous fasse signe de vous joindre aux autres. Effectuez alors le même salut en seiza que vous auriez fait si vous aviez été à l’heure, vers le mur d’honneur puis vers l’enseignant.
Veillez à ne pas perturber la pratique !

• Afin d’être disponible à chaque instant, utilisez le seiza (voir ci-après) vous ne devez pas vous adosser aux murs. Evitez également de tourner le dos au mur d’honneur, notamment lorsque vous pliez votre hakama.

• Si pour une raison urgente, vous devez vous adresser à l’enseignant, allez vers lui, ne l’appelez pas, saluez le avec respect et attendez qu’il soit disponible, ne quittez pas le tapis sans lui en référer.

• Quand le professeur montre une technique, vous devez rester assis en seiza, écouter les consignes et regarder attentivement. Dès la fin de la démonstration, vous pouvez saluer un partenaire et commencer à travailler.

• Dès que le professeur annonce la fin d’un exercice, saluez votre partenaire et rejoignez les autres pratiquants assis en ligne ou autour de lui en seiza.

• Quand le professeur vous montre un mouvement en particulier pendant le cours, mettez-vous en seiza et regardez attentivement, puis saluez-le. Procédez de la même manière, d’un commun accord avec votre partenaire, lorsque vous n’avez pas compris un mouvement et que l’enseignant est en train de l’expliquer à un autre pratiquant.

• Les exercices et les techniques se pratiquent le plus souvent à deux. Si un pratiquant se retrouve seul, conviez-le à travailler avec vous, même si vous avez déjà un partenaire. Les exercices s’effectuent alors à tour de rôle. Ne restez donc pas debout sur le tapis sans travailler. S’il le faut, restez en seiza à un endroit où vous ne gênez pas les autres pratiquants, dans un coin ou près du mur (sans vous y adosser).

• Vous êtes là pour expérimenter, non pour imposer vos idées aux autres. Parlez donc le moins possible ! Ne discutez jamais à propos de la technique et évitez de corriger votre partenaire, surtout si vous n’avez pas encore de grade Dan (ceinture noire). Respectez les pratiquants plus anciens ou plus gradés.

• Le dojo est le lieu d’étude de la voie, pas un simple gymnase. Pensez Y !